Un mot-clé lorsqu’on débute son bujo

Si tu as envie de te lancer, le meilleur conseil qu’on puisse te donner est de commencer dans la simplicité.

bullet-journal-simplicité-bujofrance

Simplicité du matériel, en utilisant ce que tu as de disponible sous la main. Un simple cahier te permettra de te familiariser avec les concepts de base et la pratique du bujo, de voir si le système te convient (ce n’est pas forcément le cas!), et d’affiner ce que tu souhaites / ce dont tu as besoin d’avoir en terme de matériel: cahier ou classeur? quel format? quel type de pages (lignes, points, petits carreaux, feuilles blanches)? Idem pour l’écriture, un stylo-bille tout bête conviendra au début!

Simplicité du contenu, en démarrant avec les modules de base pour bien maîtriser les fondamentaux, et en voyant à l’usage quelles entrées « agenda » te conviennent (quotidiennes? hebdo?), quelles collections te sont utiles, etc. On trouve sur le web des centaines d’exemples tous plus variés les uns que les autres, mais je doute que quelqu’un puisse réellement mettre TOUT ça en pratique sur le long terme. C’est bien de s’inspirer, mais il ne faut pas que ça te donne le sentiment d’être dépassé, de ne pas savoir par où démarrer, et la meilleure solution c’est de commencer simple et d’ajouter progressivement ce qui te paraît vraiment utile!

Simplicité du design, enfin, parce que la déco est totalement facultative (même si c’est souvent ça qui nous attire au premier abord). Le bujo est d’abord et avant tout un outil utile, pratique, quelque chose qui doit faciliter ton quotidien et te rendre la vie plus belle. Le concept de base est hyper minimaliste, voire austère, mais les bujo décorés sont vite devenus les plus présents sur la toile. Cela ne veut pas dire qu’ils soient majoritaires (au contraire, à mon humble avis), juste qu’ils sont plus fréquemment postés sur FB ou instagram et plus largement diffusés.

Bref, n’abandonne pas l’idée de faire un bujo si tu ne sais pas dessiner ou que tu n’as pas envie de passer des heures à mettre de la couleur et à t’amuser avec des feutres, un bullet journal peut très bien être tout à fait minimaliste. Et au début, je le conseille fortement car la déco peut vite devenir une obligation, une corvée qui va t’enlever toute envie d’utiliser ton bujo ou au contraire une excuse pour procrastiner les choses à faire.  A choisir entre une lessive et s’amuser avec  de la déco, je ne suis pas sûre que la lessive gagne souvent! 😉

Lorsqu’on débute, il peut être difficile de s’inspirer sans basculer dans un sentiment d’admiration-je-n’arriverai-jamais-à-faire-aussi-bien-à-quoi-bon-essayer. Voilà pourquoi je t’encourage à ne pas trop réfléchir et à te lancer. Oui, tu feras sûrement des boulettes. Oui, il y aura des pages qui ne te satisferont pas. Oui, tu te sentiras peut-être frustré-e que tout n’aille pas comme tu veux. Mais rappelle-toi juste que les « pros du bujo » qui peuplent la toile ont des mois ou des années de pratique derrière eux, et qu’eux aussi ils ont un jour débuté! Ton bujo n’appartiendra qu’à toi, et il sera forcément parfait s’il te ressemble et t’es utile!

Publicités

4 réflexions sur “Un mot-clé lorsqu’on débute son bujo

  1. Merci pour ce billet.
    J’attendais que quelqu’un en écrive un dans ce sens. Je me sens moins seule. Je suis admirative de tous les beaux Bujo, mais admiratif ne veut pas dire que je veux faire pareil. J’ai commencé le mien avec zéro déco, zéro dessin, il est très minimaliste. Il est même encore un peu brouillon. Je vais le refaire au propre. Et si le coeur m’en dit je rajouterai des photos ou je ne sais quoi, mais il faudra que ça vienne du coeur et non pas d’une obligation.
    Et encore merci !

    Aimé par 1 personne

    1. Tout à fait d’accord, Mar Go, il faut que ce qu’on ajoute nous fasse vraiment plaisir et nous apporte un plus, pas parce qu’on s’imagine (à tort!) que c’est comme ça qu’il « faut » bujoter!!

      J'aime

  2. Merci pour cet article qui va en décomplexer plus d’un (e) !!! (dont moi lol!). Il est vrai qu’on voit de super jolies choses sur le net, mais dans ce cas les auteures se sont appropriées leur bujo comme une sorte de journal intime et/ou carnet d’art, perso je reste à la fonction première du bujo : un outil pratique destiné à m’organiser pour gagner du temps…. et je me retrouve tout à fait dans ton article !

    Aimé par 1 personne

    1. Ravie que ça te plaise, Nathel! Et c’est l’un des très bons côtés du bujo: ça peut être ce qu’on veut… Il faut juste se laisser le temps et la liberté de le découvrir, ne pas s’enfermer dans une idée préconçue!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s