Moi 2.0

Eh, salut, ami lecteur, amie lectrice! Je sais, ça faisait longtemps! J’ai une bonne excuse, cela dit: je suis allée rencontrer ma première petite nièce en Suisse. Evidemment, je suis en amour, donc je ne t’en parlerai pas sinon on y est pour des heures! 😉 Ajoute à ça une grosse surcharge de travail, et voilà, on y est!

Bref, retour aux bonnes habitudes, aujourd’hui, j’ai envie de te parler de comment le bullet journal m’aide dans mon objectif de devenir « moi 2.0 », moi en mieux!

Je pense que ce n’est pas un hasard si j’ai récemment entrepris plusieurs nouvelles démarches de développement personnel. Après le bujo, ça me paraît comme une suite logique et naturelle de mon parcours et le bullet journal m’offre à la fois l’outil pour m’y aider et la confiance en mon organisation pour oser me lancer.

Miracle morning

D’abord, j’ai commencé depuis octobre le « Miracle Morning ». Je vais être honnête avec toi, je n’ai pas (encore) lu le livre original d’Hal Elrod, notamment parce que je ne l’ai pas trouvé dans ma bibliothèque, mais je ne désespère pas. J’ai beaucoup lu d’articles de blog sur le sujet, par contre, et même si ça équivaut un peu à lire le résumé plutôt que le livre original quand on était au lycée, j’ai quand même voulu me lancer, un peu à ma sauce. J’ai surtout décidé d’appliquer les « S.A.V.E.R.S » que PoWa explique très bien dans son article sur la routine matinale.

J’ai créé une double page avec, d’un côté, le rappel des « S.A.V.E.R.S » et la routine, concrète et avec le timing idéal (ci-dessous), et de l’autre des affirmations parce que j’avais du mal à trouver les bonnes phrases, et que du coup je perdais ma concentrations.

bullet-journal-miracle-morning-bujofrance

Voilà à quoi ressemble ma routine:

  • 6h00: debout! petit tour aux wawas, débarbouillage, je me brosse les dents pour m’aider à me réveiller, j’enfile un jogging confortable.
  • 6h20 (max): méditation (5 minutes), affirmations positives, visualisation
  • 6h30: exercice physique et lecture: vélo d’appartement avec mon roman du moment
  • 6h50: routine beauté: douche, soin visage, coiffure, éventuellement maquillage
  • 7h30: je m’occupe du chat et je prends mon petit déjeuner avec mon bujo
  • 7h50: rangement de la vaisselle, brossage des dents, réveil de chéri
  • 7h55: départ de la maison, je sors le chien de sa niche au passage

Pour être tout à fait franche, je suis encore loin d’être aussi efficace que je le souhaiterais et je dépasse souvent le timing prévu, mais cette planification m’aide beaucoup à ne pas aller sur l’ordi ou sur mon téléphone de bon matin, et me permet d’être beaucoup plus efficace qu’avant. Je me levais déjà tôt mais j’avais l’impression (tout à fait justifiée!) de ne rien faire de ce sommeil perdu, que ça m’apportait un manque mais aucun bénéfice, bref, d’être perdante. Et du coup je vivais ce réveil très matinal comme quelque chose de négatif! Maintenant, je sais que j’ai au moins pris le temps de lire, de bujoter, souvent de faire du sport, bref que ma journée démarre bien!

Zéro déchet

Je suivais depuis longtemps le blog d’Une famille (presque) zéro déchet mais je n’étais encore jamais passée à l’action. Certes, en bonne Suissesse élevée aux sacs Migros (mes amis Helvètes comprendront!), je n’utilisais pas de sachets plastiques pour emballer mes courses, mais c’était à peu près tout. Voilà une quinzaine de jour, en lisant l’article de la ZD family sur le bilan de deux ans de zéro déchet et surtout en regardant leur passage dans l’émission Mille et une vie rêvée, j’ai ressenti une pulsion, une envie irrépressible de m’y mettre pour de bon.

Hop, ni une ni deux, j’ai attrapé mon bujo sur la première page libre et j’ai commencé à lister les actions que je pouvais entreprendre pour me rapprocher de cet objectif qui me paraît encore bien lointain.

bullet-journal-zero-dechet-bujofrance

Sur la page voisine, j’ai fait un tableau de suivi de mes poubelles pour mesurer l’avancée de mes progrès. Ben oui, à quoi ça sert de faire des efforts si on ne peut pas se féliciter pour les résultats obtenus? Je suis quelqu’un qui adoooooore les « bons points », je n’allais pas manquer cette occasion de m’en donner et donc d’entretenir ma motivation! Et l’aspect financier n’est pas négligeable non plus. J’ai honte de le dire, mais à ma dernière facture j’étais à la limite du poids autorisé sur l’année, j’ai failli devoir payer un supplément à mon forfait… Hors de question!

 

17 avant 2017

Pour cette dernière démarche (qui en réalité a été lancée début septembre… la rentrée me donne le même effet « page blanche où tout est possible » que le 1er janvier), j’ai été inspirée par Boho Berry. J’ai listé des choses que j’aimerais accomplir avant l’arrivée de la nouvelle année, un peu comme des bonnes résolutions mais pour 4 mois seulement. Au-delà des objectifs eux-mêmes (qui n’ont pas grand intérêt pour quelqu’un d’autre que moi!), ce que je trouve sympa dans cette idée c’est de se fixer des objectifs à moyen terme, 4 mois dans mon cas. C’est à la fois motivant parce qu’on devine déjà la « ligne d’arrivée » (les résolutions annuelles, perso, j’ai tendance à me dire que j’ai encore le temps… jusqu’à ce que je me retrouve en octobre sans avoir compris ce qui m’était arrivé! ça vous fait ça aussi?) et ça pousse à rester réaliste dans ses objectifs, pour éviter l’excuse de « c’est impossible, à quoi bon me lancer! ». Oui, ça sent le vécu, je sais…

bullet-journal-17avant2017-bujofrance

Comme tu le vois, j’ai mélangé les objectifs « fun » (faire une soirée gonzesses avec mes copines, lire de nouveaux romans), santé (perdre du poids, faire un « défi 30 jours » de sport), scrapbooking, maison (débarrasser), personnels (apprendre à gérer ma colère), financiers (augmenter mon « bas de laine »)… mais je n’ai aucun objectif professionnel. En effet, ce bullet journal est strictement perso et j’en ai un autre pour le travail, et je me suis forcée à bien différencier les deux pour m’aider à me « couper » du travail. Je n’ai pas fait de liste de buts pour le boulot, mais je vais sûrement y réfléchir pour le 1er janvier!

Il y a plein d’autres domaines où le bullet journal peut t’aider à t’améliorer, en plus de l’effet immédiat sur l’organisation et la lutte contre la procrastination, mais le développement personnel est pour moi le plus naturel, le plus évident, le plus fréquent aussi. Je ne suis pas la seule à penser ça: il existe par exemple un groupe Facebook « Bullet Journal et développement personnel ».

Et toi, comment ton bujo t’aide-t-il à progresser vers la version 2.0 de toi-même?

Publicités

2 réflexions sur “Moi 2.0

  1. Bravo pour ton chemin vers le zéro déchet, si tu fais un suivi de tes progrès et de tes changements, je suis preneuse. Je crois aussi fermement que le bujo et le développement personnel sont liés !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s